Joomla TemplatesWeb HostingWeb Hosting
Calendrier des activités
December 2018
S M T W T F S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Home

Que fait l’Afrique de ses icônes ?

Image de SylvainL'Afrique a connu plusieurs grands hommes qui ont marqué l'histoire de par leurs actions, leurs déterminations leurs engagements en faveur de leur pays et du panafricanisme. Ces personnalités ont souvent porté tout haut les aspirations des peuples africains et représenté l’Afrique à de très hautes instances internationales.

De la période coloniale à la période des indépendances, ces hommes ont mené des combats pour la paix, liberté, la prospérité tout le long de  leur vie.

Deux hautes personnalités africaines attirent notre attention.  Il s’agit en l’occurrence de Boutros Boutros Ghali et Kofi Annan qui ont dirigé l’Organisation des Nations Unies, en qualité de Secrétaire Général. L’ONU est chargée de maintenir la paix et la sécurité dans le monde. L’on reconnait à cet effet à Boutros d’avoir mis en place en 1992 l’Agenda pour la Paix. Quant à Kofi Annan, il a conduit de multiples médiations internationales pour résoudre les conflits dans le monde. Il a d’ailleurs été Prix Nobel de la paix en 2001.

En faisant référence à ces grands hommes, nous voulons interroger comment les pays africains pris individuellement tirent avantage de leur intelligence, de leur sagesse et de leur longue expérience pour prévenir ou lutter contre les crises qui fragilisent le continent.  Comment ces éminences grises qui ont contribué à apporter les solutions aux grandes crises internationales (politiques, économiques, sociales,..) n’ont pas pu  être écoutés pour que les pays du continent les sollicitent à mettre à contribution leurs expériences, leurs carnets  d’adresse pour sortir l’Afrique de ses nombreux conflits?

Ce questionnement est peut être naïf de notre part. Mais comme le dit-le  Proverbes, « Nul n’est prophète chez soi ». Cela expliquerait-il la distance que les dirigeants des Etats africains ont pris par rapport à ces personnalités ? Comment le rapport de l'Africa Progress Panel présidé par Kofi Annan, sert-il d’alerte aux pays africains au sujet du contraste pharaonique qui existe entre la perte des ressources financières et la mendicité des menus fretins au titre de l’aide publique au développement ? Décidément, est vraiment plus difficile d'être apprécié ou reconnu chez soi qu'à l'étranger.

Jésus revenant à Nazareth n’était-il pas repoussé par les siens en le considérant comme un simple fils de charpentier et non comme le fils de Dieu ?

A l’heure où l’Afrique sombre à la traine de la Chine devenue très grande puissance mondiale, il est peut-être temps que le continent apprenne à ouvrir ses bras à ses nombreux fils et filles dont les compétences ont incontestablement été éprouvées dans le monde. Cette urgence de prendre conscience interpelle individuellement chaque pays et notamment ceux de l’Afrique centrale qui brillent par une sorte de plaisir à l’auto destruction et l’auto flagellation de leurs enfants et dont les conséquences sont entre autre la poussée de l’émigration clandestine, l’augmentation de la fuite des cerveaux, faisant que le continent souffre de faim avec des greniers trop pleins. L’Afrique que nous voulons sera ou ne sera pas avec  ces ressources humaines de haut vol ? La jeunesse africaine d’aujourd’hui tirera-t-elle les leçons des échecs de leurs aînés pour qu’enfin sonne le glas des exclusions, de la négation et du rejet des compétences?

Rédigé par: NCHOUTNSU YOUTA Sylvain